Fashion Blog #1

"M'aimer dans les salles d'essayage..."
Article pour le journal le 24 hrs

Denise arrive à la course pour sa consultation. Ébouriffée, elle s’excuse pour sa chevelure qui ne résiste pas au temps humide, «je dois voir le coiffeur bientôt»! Elle sort un miroir portatif de son sac, estompe une fine ligne de rose, me dit qu’elle vieillit, que sa lèvre a des commissures et que son rouge à lèvres s’y glisse facilement. Pourtant quand je la regarde ce sont ses grands yeux verts qui attirent mon regard et sa crinière de fauve qui lui confère un caractère flamboyant. Je lui souri, on se serre la main.

Je suis presque étourdie d’entendre tant d’informations plutôt négatives, que je sais si nuisibles mais qui résonnent pour toutes les Denise de ce monde. Parce que devant moi, je vois une femme distinguée et élégante. Cependant, comme styliste, par expérience, je connais ce discours! «Je suis trop si, je suis trop ça ou pas assez si, pas assez ça».

Tout en discutant vêtements, travail, besoins et budget pour sa garde-robe, je lui fais part des ateliers que nous avons développés mon collègue Luc Breton et moi et offrons à l’agence. Ces ateliers sont construits pour expérimenter comment contrer les effets de ce cancer de l’estime de soi.  Dans la convivialité et l’écoute, nous proposons des exercices pratiques et des mises en situations où sont privilégiées l’approche de la Gestalt et celle de Jacques Salomé.

Le genre humain semble refuser, depuis des siècles, sa propre anatomie. Et par le fait même,  que le corps révèle notre parcours, nos succès, notre histoire. Pourquoi recouvrir cette cicatrice…qui raconte néanmoins mon combat victorieux contre la maladie! Dissimuler ses formes arrondies…qui dévoilent pourtant mon immense fierté d’être une maman!

Le corps de chacun est soumis au regard public des autres. On a l’impression que nos corps sont en permanence sous l’influence de normes.  Nous y portons hélas, une attention plus que pernicieuse. Le corps qui désire se camoufler, se taire, se couvrir, est un corps qui parle fort. Il dit le déplaisir, le malaise, le chagrin et fait place aux limitations, aux découragements et aux interdictions de tous ordres.

Nous avons tous cette petite voix intérieure contaminée d’insatisfactions. Ne serais-ce que pour l’achat d’un nouveau maillot de bain, d’une robe pour une première rencontre amoureuse ou du choix d’un tailleur pour une entrevue d’emploi.  Quand faut-il se dire, Assez!  Assez la gêne, assez les stéréotypes, assez les carcans, assez le dénigrement.  Un changement de regard face à soi même ne se fait pas sans se poser quelques questions.  Comme le corps est un bien précieux, un véritable capital d’émotions, nous devons le gérer au mieux et en prendre soin.

C’est avec joie que j’ai travaillé avec Denise lors d’un atelier sur le corps.  Elle m’a remerciée de lui avoir permis de se rencontrer, de se voir autrement. Son image extérieure révèle aujourd’hui plus de liberté et de souplesse. Merci à toi Denise, l’échange a été mutuel!